Au lit, petite licorne ! • Rhiannon Fielding – Chris Chatterton

Au lit, petite licorne ! • Rhiannon Fielding – Chris Chatterton

J’ai le plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour vous présenter un très joli livre :

Au lit, petite licorne !

de Rhiannon FIELDING
illustrée par Chris CHATTERTON

EAN : 9782324022913

Editions Gründ Jeunesse
Collection « Le coin des histoires »

Paru le 4 octobre 2018

32 pages
format 29,5 cm x 24,5 cm

12,95 €uros

Un album plein de magie pour l’heure du coucher !

Plus que dix, neuf, huit minutes avant d’aller au lit ! Mais Paillette la licorne n’est pas fatiguée. Et si elle en profitait pour explorer la vallée enchantée ?

Un album plein de tendresse et de magie avec un compte à rebours jusqu’à l’heure du coucher.

Mon avis

Il s’agit d’un magnifique album contenant de jolies illustrations merveilleusement colorées. De quoi faire de très jolis rêves !

Il est conseillé aux enfants de 6 à 8 ans. Douce a 3 ans et demi et l’adore…

♥ une jolie histoire aux illustrations colorées (avec même une couverture pailletée 😉)
♥ une histoire facile à lire
♥ Paillette la petite licorne est très attachante
♥ espace climatisé

Elle est trop courte !

Et chez vous,
aimez-vous les licornes
autant que chez nous ?
Avez-vous envie de découvrir
ou faire découvrir
la jolie Paillette ?

 

Sources et crédits : Editions Gründ
Pas toujours facile la vie de maman…

Pas toujours facile la vie de maman…

Il y a quelques jours j’écrivais ces mots :
un soir de trop,
un soir où je n’étais pas fière de moi,
pas fière de la maman que je suis ces derniers temps.
La fatigue m’envahit,
l’impatience prend le dessus
ainsi que l’agressivité.
Je suis sur les nerfs,
je ne parviens pas à me reposer,
à prendre du temps pour moi,
pour me ressourcer…

..

Moi qui ai toujours été très exigeante avec moi-même,
bien plus qu’avec les autres,
c’est presque devenu le contraire.
Je suis lassée, dépassée, usée.
Je ne me sens pas suffisamment soutenue,
pourtant mes proches sont là…
Mon mari, Papa’Ben
et mes filles d’amour sont là
mais j’ai cette impression de ne pas savoir leur rendre l’amour qu’ils méritent,
parfois, souvent, trop souvent…
Tout comme je ne me sens pas toujours comblée,
tellement je me sens abandonnée,
souvent, trop souvent,
incomprise, isolée,
souvent, trop souvent…
D’être davantage tendue qu’en joie à leurs côtés.
Je peine à trouver ma place,
tant à la maison où je ne me sens pas utile
et organisée comme je le voudrais,
qu’au boulot où je me sens dépassée parfois (souvent)
par les informations manquées durant mes jours de non travail
(je suis actuellement à 50%).

Est-ce que j’en attends trop, bien trop de moi ?
Est-ce la société actuelle qui me force (malgré moi) à vouloir tant être parfaite ?
Voilà je pose cela ici, comme ça, en vrac,
histoire de me consoler peut être,
mais surtout car j’ai bien envie que cela change.
Je voudrais tellement fermer ce vilain chapitre grisâtre
et vivre des jours meilleurs !

Je sais que je ne suis pas seule dans cette situation,
que bien d’autres mamans sont comme moi :
se sentent souvent démunies, dépassées, usées, crevées…
Le temps passe vite très vite trop vite mais il m’abîme.
Je ne suis pas là Maman que je voudrai être.
Pas l’épouse non plus. Ni l’amie.
Plus le temps passe plus Je m’éloigne de moi-même.
Je ne me reconnais plus.
Je suis pleine de fatigue et a cause de cette fatigue pleine d’amertume et d’agressivité.
Je tente de me reposer mais n’y parviens pas.
Je crie, râle, souvent bien trop souvent. Je déteste cela.
Je ne supporte pas les gens qui se râles,
sont négatifs, sont des fardeaux,
sûrement les gens tout court.
Et moi-même avec.
Je m’éloigne de la maman aimante,
bienveillante et calme que je voudrai être.
Je suis irrité irritable.
Le moindre « cailloux » dans l’engrenage me fais péter un plomb.
Et en même temps, il y a tellement de cailloux,
des petits, des moyens,
mais tellement…
J’ai besoin de repos,
de sommeil mais je ne parviens souvent pas à le trouver.
Je suis à bout fatiguée épuisée.
Ça n’est pas toujours évident de tout gérer, tout devoir gérer.
Et pourtant j’ai l’impression tellement souvent de ne rien arriver à gérer.
Que tout m’échappe.
Mes filles, mon mari, j’aimerai tellement vous donner tout l’amour que j’ai en moi,
au quotidien, et que nous retrouvions la paix, tous ensemble,
dans le respect de chacun et la bienveillance.
Je vous aime tant.
Je suis si fière de vous.
Tendez-moi les bras, veillez sur moi,
juste une minute par jour pour me recharger en énergie.
En énergie perdue durant l’année écoulée…
Je vous aime…
J’ai tant hésité à appuyer sur le bouton PUBLIER,
aller, je me lance,
c’est un premier pas vers le mieux !
PS : je ne relis pas le texte, exprès…

Et vous, comment allez-vous ?

.

Je vous souhaite tout plein d’énergie,
de courage et de moments de joie et partage !

Et puis je suis devenue une nouvelle maman…

Et puis je suis devenue une nouvelle maman…

Lundi dernier, 8 heures 50, notre Douce, 3 ans, a fait la connaissance de sa maitresse, maitresse Louise… C’était sa toute première rentrée des classes !
Pour l’occasion, nous sommes passées chercher son Papa’Ben dans les vignes
(il était en pleines vendanges !),
afin qu’il puisse l’accompagner durant ses quelques minutes qui marqueront à tout jamais sa vie…

.

 Prendre ses marques

.

Notre Douce est de nature plutôt inquiète en ce qui concerne la nouveauté,
mais également assez facilement « adaptable ».
C’est un peu contradictoire, mais pourtant, c’est bien elle :
J’ai toujours pris le temps de lui expliquer simplement les choses,
petit-à-petit, et de nouveau dans les détails la nuit précédent un évènement.
Elle savait qu’elle allait entrer à l’école à la rentrée,
ça lui semblait si loin, elle avait tellement hâte !
Elle savait qu’elle allait y faire plein d’activités
(gommettes, dessins, gymnastique, chansons, jeux, peinture …)
« du travail » comme elle dit souvent !
Elle savait aussi qu’elle y retrouverait plusieurs de ses amis
(enfants des copains et amis de Papa et Maman, enfants copains de chez Nanou…).
Elle savait également où se situait l’école,
à 2 rues de la maison, on passe très régulièrement tout près lorsque l’on se ballade…
Elle savait qu’elle irait à la cantine certains midis de la semaine,
ceux où Maman travaille…
Elle avait rencontré avec nous, en juin dernier, la Directrice de l’école et visité l’école tout entière
(elle voulait même y rester !).
Elle savait ce que Peppa Pig fait à son école avec Maîtresse Gazelle !
Bref, j’ai tenté au maximum de lui décrire les choses telles qu’elles allaient être…

 Première séparation…

Nous sommes arrivés, tous les 4, Douce, Papa’Ben, Mini et moi,
nous nous sommes dirigés vers la porte de la classe,
maitresse Louise l’a accueillie,
nous a invité à aller déposer ses affaires sur son portemanteau…

Douce a ôté sa veste en jean, son foulard, les a posés,
puis est partie à fond les ballons dans la classe pour y jouer avec ses copains retrouvés !

Nous, on s’est un peu sentis de trop,
surtout moi qui commençait à sentir l’émotion monter…

Alors plutôt que de verser une larme,
et de risquer de semer le trouble si Douce s’en apercevait,
j’ai réclamé MON BISOU !
Que j’ai eu, ainsi que Papa’Ben et Mini,
puis nous nous sommes en allés,
la laissant ainsi, dans son élément, à jouer !

 Premières retrouvailles…

J’arrive à midi pour la récupérer et ce fut la dernière à sortir,
tandis que tous les autres courraient un à un dans les bras de leurs parents,
elle continuait de jouer gaiement assise sur un banc !

L’atsem l’a invité à me rejoindre,
grand sourire « ah Maman ! ».
Nous sommes rentrées à la maison pour déjeuner,
elle était toute guillerette, même excitée, même sur-excitée en fait !
Elle chantait, racontait, bla-blattait !

 Première sieste…

Nous sommes reparties l’après-midi pour sa première sieste à l’école,
même pas un au-revoir à Maman,
dès qu’elle a vu sa maitresse elle est partie enchantée retrouver ses amis pour la sieste !

Je l’ai récupéré le soir,
la maitresse et l’atsem m’ont dit qu’elle s’était super bien intégrée,
qu’elle était très à l’aise en groupe,
qu’elle savait trouver sa place…

BREF, c’est une première journée au TOP !
Dans la joie, la bonne humeur…
Elle était juste SURexcitée le soir,
et crevée comme jamais en même temps !

 Se réorganiser une fois encore…

.

Et c’est bien là toute la signification de ce titre…

Moi qui n’est plus trop l’habitude de regarder ma montre durant les journées OFF
(je ne travaille plus les lundis depuis l’arrivée de notre Mini),
je dois très souvent, TROP souvent,
la consulter pour me rendre compte combien le temps passe vite !

8h50 / 9h : début de l’école,
11h50 / 12h : en route pour le déjeuner,
13h20 / 13h30 : réouverture des portes de l’école,
16h20 / 16h30 (le lundi, 15h20 / 15h30 les autres jours) : fermeture de l’école

Je passe mon temps à courir et faire des allers et retours !

Bienvenue dans la vie de Maman avec un enfant scolarisé,
Au revoir la vie de Maman avec enfantS en bas âges.

Je suis désormais une maman avec une enfant scolarisée
et une enfant en bas âge…

Il va nous falloir de nouveau quelques jours pour trouver nos marques
et pour moi, pour apprendre à courir chaque jour de la semaine !

Surtout les matins de boulot :
8h30 départ de la maison avec Mini et Douce, direction chez Nanou déposer Mini
8h45 départ direction l’école pour déposer Douce,
8h54 go au boulot pour y être à 9h…
Heureusement que je bosse tout près !

Et vous, dites-moi,
c’est la course également au quotidien?

.

Je vous souhaite tout plein d’énergie

et de courage,
et je vous tire mon chapeau,
à vous Parents qui vivez cela depuis plusieurs années déjà !

PS : Je ne vous raconte pas qu’elle est déjà rentrée avec une veste en jean qui n’est pas la sienne hihi
trop de vestes avec sa copine dès le premier jour, bonjour !
Je l’avais pourtant bien étiquetée avec mes jolies étiquettes Ludilabel mdr

.

Et puis un jour je suis devenue Maman…

Et puis un jour je suis devenue Maman…

Le 24 juin 2015, je suis devenue Maman… La Maman de ma Douce…

Mardi 23 juin, jour de la Sainte Audrey, également jour de mon rendez-vous de contrôle avec ma sage-femme libérale : tout va bien, mon col est toujours ouvert à 2 comme c’est le cas depuis ces 3 derniers mois d’alitement… Depuis quelques jours le médecin m’a demandé de bouger davantage, mais une vilaine sciatique s’est invitée alors je fais de mon mieux. Heureusement, après une visite chez mon ostéopathe, ça se rétablit plutôt bien (elle est magique mon ostéopathe ! et douce…). Vers 18 heures je ressens un gros coup de fatigue puis quelques violentes contractions, bien plus violentes que celles de ces dernières semaines. Serait-ce une alerte ? Je n’en suis pas sûre, je me repose un peu. Arrive l’heure du dîner, je suis nouée, je laisse mon mari dîner seul et sans trop réfléchir, je prépare ma valise tranquillement. Ouille ouille ouille, ça monte ça monte, au fond de moi je me dis que c’est sûrement LE moment, le début du vrai travail ! Je patiente jusque 21 heures puis j’appelle la maternité pour les prévenir de mon arrivée.
21h13, nous voilà arrivé. Je sors de la voiture et j’avance tant bien que mal en parcourant le parking : quelques poses « statue » comme les appelle mon mari qui se marre bien d’ailleurs :/ . Lorsque j’arrive je suis accueilli par une sage-femme qui me demande de faire un test sur une bandelette seulement les contractions piquent un peu à force ! Elle m’encourage voyant que je gère puis elle m’installe pour un monitoring. Mais avant de le démarrer elle me propose tout de même (ENFIN) de m’examiner (grosse pensée pour Laurie Peret et son super sketch sur la maternité 😉 je vous le partage plus bas !) et là énorme surprise : je suis à 7, sourire XXL sur mon visage, je suis si fière d’en être arrivée là seule à la maison et plutôt dans le calme, moi qui avais si peur… Ni une ni deux, nous filons nous installer en salle d’accouchement ! Pour la péridurale ça n’est pas garanti, tout dépendra si le médecin anesthésiste aura le temps d’arriver rapidement ou non… Il arrive peu de temps après et me délivre la fameuse piqûre. Au bout de quelques secondes je ne ressens plus aucune douleur, on peut dire qu’elle est efficace en plus d’avoir été super bien posée ! Seulement, un peu trop à mon goût, je souhaite pouvoir être actrice de mon accouchement et non spectatrice. Je sens mes jambes fourmiller de plus en plus et je demande à baisser la péridurale, une première fois, puis une seconde, puis au bout de 45 minutes, on l’arrête car elle est toujours trop forte. 4 heures 13, après 2 belles poussées, sans douleur, accompagnée d’une sage-femme et d’une puéricultrice formidables, ma Douce est née ! Je te regarde émerveillée, puis te serre contre moi. Peau-à-peau avec Papa puis vient le moment des soins. Et l’heure de notre toute première tétée (je vous en reparlerai des tétées ♥) !

 

♥ Je t’ai tant désirée, tant imaginée, tant attendue, désormais je vais t’aimer… Je suis ta Maman… pour toujours… ! ♥

 

 

Le 4 novembre 2017, j’ai eu le bonheur d’être à nouveau maman : la Maman de ma Mini ! Je vous en reparlerai un autre jour 😉

 

A toutes les ♥ mamans & ♥ futures mamans :
je vous souhaite ♥ une très belle fête des mamans !
Affectueusement,

 

Coesiae

La Maison de l’enfant

La Maison de l’enfant

Bonjour à tous et toutes,
S’il y a bien un endroit que nous aimons fréquenter avec ma Douce et ma Mini, c’est bien la Maison de l’enfant à Epernay !

Et pour cause, il s’agit d’un lieu d’accueil gratuit et anonyme. Il est ouvert composé en 2 lieux : la Passerelle pour les enfants de 0 à 3 ans et la Grande Passerelle pour les 3 à 6 ans. Je vais vous parler ici de la Passerelle car nous ne fréquentons pas encore la Grande Passerelle…
Vous pouvez vous rendre à la Passerelle les lundis, mercredis et vendredis de 15 heures à 18 heures (sauf durant le mois d’août et la semaine entre Noël et le nouvel an), librement, sans inscription, quand vous le souhaitez.

♥ Pourquoi nous aimons y aller avec ma Douce et ma Mini ?

Depuis l’arrivée de ma Mini, je suis davantage à la maison avec les filles. Nous avons donc la chance de passer plus de temps ensemble. C’est génial ! Mais ma Douce qui aura bientôt 3 ans aime aussi jouer, communiquer, interagir avec d’autres enfants, faire des connaissances, se défouler ! Et tout cela pour le plus grand bien de Maman aussi…
Maintenant que nous y allons régulièrement (une fois par semaine), je trouve ma Douce davantage « défoulée » et épanouie. Il y avait bien sûr le confinement hivernal qui nous obligeait à rester à la maison plus souvent que d’habitude (pluie, grand froid avec bébé…) mais elle joue avec des enfants de tous horizons qu’elle n’aurait sûrement pas l’occasion de rencontrer sinon (autre ville, autre école, autre nounou, autre crèche…). Elle s’adapte à la vie en société, avec des règles de vie, apprend le savoir-être, le partage… Les jouets sont à tous, le goûter partagé…

♥ Comment se déroule un après-midi à la Passerelle ?

Vous pouvez arriver dès 15 heures, avec vos enfants de 0 à 3 ans (si vous avez des 3/6 ans, ils seront conviés dans le lieu voisin « La Grande Passerelle »), vous pouvez être accompagné du second parent, d’une tata, un tonton, un grand-parent… Vous êtes accueillit par l’accueillante (bien souvent des femmes, si un homme me lit et qu’il aimerait devenir accueillant, qu’il se rapproche du lieu !) du jour. Les accueillantes sont au nombre de 2, l’une étant psychologue. Elle vous demandera les prénoms de vos enfants afin de les écrire sur l’ardoise. Vos enfants se déchausserons et chausserons, s’ils le souhaitent, leurs chaussons ou bien ceux à disposition dans la salle. Ils pourront ensuite jouer librement sous votre surveillance. Vers 16 heures 15, le goûter sera partagé sur la table commune : « les mamans » pourront déguster un café ou une autre boisson et des gâteaux, tandis que les enfants pourront déguster leur compote ou yaourt apporté par maman et manger des gâteaux proposés sur la table ou ceux que vous lui avez apporté. Les mamans apportent régulièrement des pâtisseries maison, une boite de gâteau, du thé… sans aucune obligation. Il n’est pas rare de voir un enfant « z’yeuter » les gâteaux de son voisin et s’en faire offrir un par la maman voisine ! Puis les enfants peuvent rejouer librement.
La salle de jeux dispose de très nombreux jeux : tapis, dînette, puzzles, livres, peluches, poupées, véhicules, jouets électroniques, hochets, musique, maisonnette, pâte à modeler, feutres, crayons, formes, ballons… Il y a également une salle de motricité à côté avec une piscine à balles, toboggans, vélos, trotteurs…
Tandis que les enfants jouent ensemble, les mamans, tout en gardant un œil sur les z’amours, peuvent échanger ensemble et avec les accueillantes et également jouer avec les enfants.
La salle est conçue sur le modèle de la maison verte de Françoise Dolto (Montessori).

♥ Les avantages de ce lieu :

★ Un lieu gratuit : vous avez sûrement déjà eu envie de faire des activités avec vos enfants mais avez été contraints par votre budget… Nul besoin de budget pour vous rendre dans ce lieu et faire passer un bon moment à votre enfant !
★ Sans inscription : il pleut, au lieu de rester à la maison vous pouvez vous y rendre, vous aviez prévu d’y aller mais finalement il fait très beau et préférez une promenade, nul besoin de prévenir !
★ Accessible à tous : que vous soyez d’Epernay ou non, marnais ou non… vous êtes les bienvenus : touristes de passage sur Epernay, habitant d’un village voisin, rémois, châlonnais… un grand-parent qui a en garde ses petits-enfants durant les vacances, une marraine qui vient rendre visite à son/sa filleul(e)… tant de possibilités !
★ Un de plus en faveur de la séparation parent/enfant pour se préparer à aller à l’école.
★ Votre enfant partage avec « ses amis du jour » en société.
★ Les mamans partagent avec d’autres mamans : cela favorise les échanges et évite l’isolement.

Alors dites-moi, êtes-vous déjà allé à la Maison de l’enfant ? Avez-vous envie de vous y rendre ? Avez-vous un tel lieu dans votre ville ? Racontez-moi !

Pour aller plus loin : Ville d'Epernay / Ville d'Epernay / Ville d'Epernay
Journal l'Union